e-G8

Les 24 et 25 mai dernier, à la veille du G8, Nicolas Sarkozy avait convié les «chefs» d'internet (selon l'étrange formule du président) à un forum de concertation sur internet et le numérique, appelé «e-G8». L'organisation du raout a été confiée à l'agence Publicis et la liste des sponsors (Vivendi, Microsoft, Google, Orange, Alcatel-Lucent...) laissait présager du pire.

Et on n'a pas été déçus! À quelques exceptions près, la tribune a été réservée à toutes les têtes de gondoles de l'économie numérique, et ce dans le plus grand mépris de la diversité des positions sur internet. Les acteurs de la société civile n'étaient d'ailleurs ni invités ni bienvenus. On n'est pas là pour débattre (manifestement, la plupart des questions du «public» avaient été validées par l'Elysée et Publicis), on est là pour réguler. On n'est pas là pour favoriser l'accès à l'internet ni la liberté d'expression mais pour faire du profit.

Nicolas Sarkozy a une fois de plus démontré qu'il ne comprend rien à Internet. Non, les grandes entreprises et les gouvernements ne sont pas les seuls à décider de l'avenir du Net. Non, Internet ce n'est pas seulement une source de revenus ni une zone de non-droit. Entre les deux, il y a ceux qui font le Net au quotidien, qui lui permettent de fonctionner, qui jour après jour renforcent et maintiennent son architecture en logiciel libre et développent ses applications. Internet n'est pas un espace à civiliser, pour reprendre une autre antienne présidentielle, il s'auto-régule très bien. Et s'il faut des lois, qu'elles soient justes et pas obsolètes avant même d'être applicables (comme l'Hadopi).

Alors plutôt que de s'énerver en lisant le bilan officiel de ces deux jours, on préfère regarder et écouter la conférence de presse sauvage organisée par la Quadrature du Net et cinq autres intervenants (Lawrence Lessig, spécialiste mondial du droit d'auteur, Jeff Jarvis, journaliste et blogueur américain, Jean-François Julliard, président de Reporters Sans Frontières...) pour défendre un «internet ouvert et libre» : http://vimeo.com/24218524.

Jack Kernel

Chronique publiée dans Charlie Hebdo.